Abdellatif LAABI : Le Fond de la jarre commentaire 3: 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Abdellatif LAABI : Le Fond de la jarre commentaire 3: 2013

Message par The ROoT le Dim 27 Jan - 5:12

2013 2013 2013



Abdellatif Laâbi est un auteur marocain qui a publié son premier recueil de poésie, le soleil se meurt, en 1992. Le fond de la jarre est paru en 2002. L'auteur sera distingué par le prix Goncourt de la poésie en 2009. Il vit en région parisienne depuis 1985, après huit ans d'emprisonnement dans son pays (de 1972 à 1980), pour ses activités d'opposant.

Hasard ? Je viens de lire coup sur coup, deux livres qui traitent du même thème.

Après un agréable séjour en Haïti, avec Dany Laferrière dans Le Charme des après-midi sans fin, me voici au Maroc.

Les deux œuvres sont des autobiographies. L'une et l'autre donnent la parole à l'enfant qu'a été l'auteur dans le pays de son enfance.

Ici, c'est Namouss, sept/huit ans, qui vit à Fès, dans le quartier pittoresque de la "Source des chevaux", au moment de la chute du mur de Berlin, en 1989, que la télévision marocaine annonce au milieu de l'indifférence familiale parce que "les Marocains ont inventé, eux, l'image de fond, sans lésiner pour autant sur les décibels d'accompagnement".

La famille de Namouss, c'est Ghita, sa mère, Driss, son père ; c'est aussi Si Mohammed, son frère, Zhor, sa sœur.

Les jours s'écoulent, tranquilles, pour le petit garçon, qui, comme tous les habitants de ce quartier, est informé des derniers évènements par "radio Médina", "station non hertzienne mais hautement efficace du bouche-à-oreille". Mais dès le début du roman, le lecteur est mis en condition... Si Mohammed a eu maille à partir avec un lieutenant de l'armée française : les gendarmes sont venus l'arrêter, l'ont roué de coups et mis au cachot. le contexte sociopolitique est posé. le Maroc est soumis au protectorat français (tiens ! en effectuant une recherche sur cette partie de l'histoire marocaine, je m'aperçois que le protectorat français a pris fin en 1956... y aurait-il une anachronie dans ce récit ?).

J'évoquais la tranquillité des jours... C'est vrai qu'il règne dans cette communauté, une "vraie cour des Miracles, avec ses personnages extravagants, doux marginaux ou folles de Dieu" une sorte de languidité qui s'étire, un peu interminablement sur plus de deux cents pages. "Le temps passe et Namouss ne s'en aperçoit pas forcément'", mais la lectrice s'en est rendu compte...

Ce roman est très bien écrit, mais j'en ai trouvé le style un peu trop nonchalant, trop lent.

Mais même si mon avis est mitigé, c'est un livre que je ne regrette pas d'avoir lu !

</div>



2013 2013 2013 security programming design programs game system software hardware scripting dynamic programming designs disney college program design star proxy list ecommerce Amelia Islands Amsterdam Antique Chairs Apartment for Rent Aquarium Asthma Astronomy Athletes Foot Baby Boomers Background Check Ballroom Dancing Bankruptcy Barbecues BBQs Bean Bags Bipolar Bird Houses Bird Watching Blinds Body Building Body Detox Bonsai Bowling Breast Augmentation Bronchitis Budgeting Bullying Business Mentoring Calcium Calibration Candle Making candles Careers Carpets cats Cheffing Childrens Parties Chinese Tea Christmas Decorations Comic Books Computer Training Copyright Credit Repair Criminal Records cuff links Dating Day Outings Designer Footwear Direct Mail Marketing Domain Names Drug Addiction ecommerce Educational Toys Elderly Care Electrician Essential Oils Estrogen European Travel Family Fishing Fitness Articles Fly Fishing Forums Fruit Trees Genealogy Gift Ideas Goal Setting Golf Green Decking And Patios hail loss Harley Davidson Hiking Hiking and Camping




Abdellatif Laâbi est un auteur marocain qui a publié son premier recueil de poésie, le soleil se meurt, en 1992. Le fond de la jarre est paru en 2002. L'auteur sera distingué par le prix Goncourt de la poésie en 2009. Il vit en région parisienne depuis 1985, après huit ans d'emprisonnement dans son pays (de 1972 à 1980), pour ses activités d'opposant.

Hasard ? Je viens de lire coup sur coup, deux livres qui traitent du même thème.

Après un agréable séjour en Haïti, avec Dany Laferrière dans Le Charme des après-midi sans fin, me voici au Maroc.

Les deux œuvres sont des autobiographies. L'une et l'autre donnent la parole à l'enfant qu'a été l'auteur dans le pays de son enfance.

Ici, c'est Namouss, sept/huit ans, qui vit à Fès, dans le quartier pittoresque de la "Source des chevaux", au moment de la chute du mur de Berlin, en 1989, que la télévision marocaine annonce au milieu de l'indifférence familiale parce que "les Marocains ont inventé, eux, l'image de fond, sans lésiner pour autant sur les décibels d'accompagnement".

La famille de Namouss, c'est Ghita, sa mère, Driss, son père ; c'est aussi Si Mohammed, son frère, Zhor, sa sœur.

Les jours s'écoulent, tranquilles, pour le petit garçon, qui, comme tous les habitants de ce quartier, est informé des derniers évènements par "radio Médina", "station non hertzienne mais hautement efficace du bouche-à-oreille". Mais dès le début du roman, le lecteur est mis en condition... Si Mohammed a eu maille à partir avec un lieutenant de l'armée française : les gendarmes sont venus l'arrêter, l'ont roué de coups et mis au cachot. le contexte sociopolitique est posé. le Maroc est soumis au protectorat français (tiens ! en effectuant une recherche sur cette partie de l'histoire marocaine, je m'aperçois que le protectorat français a pris fin en 1956... y aurait-il une anachronie dans ce récit ?).

J'évoquais la tranquillité des jours... C'est vrai qu'il règne dans cette communauté, une "vraie cour des Miracles, avec ses personnages extravagants, doux marginaux ou folles de Dieu" une sorte de languidité qui s'étire, un peu interminablement sur plus de deux cents pages. "Le temps passe et Namouss ne s'en aperçoit pas forcément'", mais la lectrice s'en est rendu compte...

Ce roman est très bien écrit, mais j'en ai trouvé le style un peu trop nonchalant, trop lent.

Mais même si mon avis est mitigé, c'est un livre que je ne regrette pas d'avoir lu !

</div>



Home Automation Home Business Home Schooling Homeopathy Honeymoon Hydroponic Garden Identity Theft Jazz Job Hunting Preparation Joint Venture Landscape Design Latin Dance Law School Lawn Care Lean Manufacturing license Local Recreation Locksmith Marriage Meditation Metal Detector Mexico Mortgages Motor Homes Moving Mutual Funds Natural Insecticides Natural Insectiside Nursing Assistant Obsessive Compulsive Disorder Online Dating Origami Outdoor Swing Outsourcing Paintball Penny stocks Pet Grooming Pet Insurance Pet Parrots Pets Photography Physiotherapy Potty Training Power Tools Private Investigation Prom Hairstyles Prototyping Public Domain Rawfood Diet Recycling Resume Safari Vacations Salad and Dressing Ideas Scholarship Scuba Diving Self Improvement Setting Goals Single Parenting Skiing Skiing Locations Skin Care small business Snowmobiles social networking Spectrum Analysers Spiders Sports Apparel Sports Nutrition Spring Makeup Stained Glass Stress Student Loan Bad Credit Summer Animal Care Summer Fashion Trends Summer Fitness Summer Heat Summer Jobs Summer Savings Summer Travel Summer Vacations Supercross Surround Sound Sweeteners Swimming Pool Ownership Taekwondo Tattoo Technology And Gadgets Termites Time Management Timeshare Toy Trains Trademarks Trading Triathlon Trophies Vacuum Cleaners Vegetarian Vitamins and Supplements Wedding Etiquette Wedding Themes Wheelchair Lifts Wild Flowers Windsor Pilates Working Dogs2013 2013 2013
avatar
The ROoT
Directeur general
Directeur general

posts : 42827
points : 128331
Reputation : 13

Voir le profil de l'utilisateur http://www.matrixar.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum